Accord d’intéressement 2019, 2020 et 2021.

Après la refonte du bonus et de l’incentive des RM/DM voici venu le temps de la refonte de l’intéressement !
Vous savez la prime propre à la GDT qui nous est versée 2 fois par an en rapport à nos bons chiffres réalisés grâce à notre excellent travail 😉😁👏 !
(A ne pas confondre avec la participation, une fois dans l’année qui est une somme calculée sur des données du Groupe Orange)
La CFTC a donc signé pour les 3 prochaines années un nouvel accord d’intéressement !
On dit adieu aux indicateurs OPEN, et bienvenue aux indicateurs de marge et de surperformance !
Les calculs sont plus cohérents et les objectifs plus smarts étant donné que :
– La base d’assiette de calcul sera plus importante (1000€ annuels dès 3,2 % d’atteinte contre 1000 € annuels dès
4% d’atteinte précédemment )
– Le seuil de déclenchement des indicateurs plus bas ( dès 70 %)
– 2 points de plus dès que le seuil des 100 % est franchi
Nous aurions pu vous donner des explications chiffrées et fastidieuses mais nous préférons vous expliquer l’essentiel qui déjà pourrait vous paraitre compliquer ! Alors pour faire simple ….
Il vous faut savoir que l’intéressement dépend de la marge et de l’EBITDA en rapport à des objectifs fixés par la maison-mère ainsi que du résultat net statuaire par semestre, en rapport à l’année précédente, sans oublier d’y ajouter sur le second semestre un coefficient de surperformance annuel !
Pour être encore plus clair : si cette nouvelle règle de calcul avait été appliquée sur 2018 nous aurions eu tous plus d’intéressement !
Alors envie d’avoir plus d’argent ?
C’est pour cela qu’à la CFTC nous n’avons pas eu d’hésitation à signer un accord pour une redistribution plus conséquente !

 

Signature d’un accord de salaire dans notre branche professionnelle/avenant n°2 à l’accord d’intéressement.

Deux organisations syndicales dont la CFTC ont ratifié un nouvel accord qui va revaloriser l’ensemble des salaires minimum de la branche :

 

Voir l’accord signé

 

Il sera applicable à toutes les entreprises de la branche, le 1er jour du mois qui suit la publication de l’arrêté d’extension*au journal officiel (septembre/octobre 2015).

 

*La procédure d’extension consiste à rendre applicable, par arrêté ministériel, une convention ou un accord collectif à tous les salariés et employeurs compris dans son champ d’application. La convention ou l’accord étendu s’applique ainsi aux entreprises qui ne sont pas adhérentes à l’une des organisations signataires.

 

Notre direction présente la GDT comme une entreprise novatrice dans cette branche en n’ayant plus aucun salarié avec un salaire de base est en dessous des minima conventionnels.

 

La GDT est adhérente à l’organisation syndicale signataire de cet accord, elle pourrait continuer dans cet élan novateur en appliquant des le 1er juillet ce rajustement salarial à tous les salariés en amont des NAO.

 

La CFTC a également validé l’avenant 2 à l’accord d’intéressement qui est le fruit de revendications collectives :

 

Voir l’avenant

 

 

 

 

Augmentation de salaire des salarié(e)s à leur retour de congé parental.

Nous venons d’être informés qu’en 2012, la Direction a « omis » d’appliquer les augmentations aux salariés à leur retour de congé parental.

 

Extrait d’un document officiel sur la politique salariale GDT

 

Conformément à l’article 6.3  (adoption-parentalité) de l’avenant no 38 du 22 septembre 2009 relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes convention collective nationale  de la convention collective des commerces et services de l’audiovisuel, de l’électronique et de l’équipement ménager précise :

 

« Les absences liées au congé d’adoption ou de parentalité ne doivent pas avoir d’incidence sur l’évolution professionnelle et/ou sur l’ensemble des rémunérations tant de celles des femmes que de celles des hommes.

A la reprise de travail à la suite de leur congé d’adoption ou de parentalité, les salariées et les salariés doivent, selon les dispositions de l’article L. 1225-26 du code du travail et de celles qui lui sont liées, bénéficier des augmentations générales ainsi que de la moyenne des augmentations individuelles perçues pendant la durée de ce congé par les salariées et les salariés relevant de la même catégorie professionnelle ou, à défaut, de la moyenne des augmentations individuelles dans l’entreprise. »

Voir l’accord de branche

Nous demandons à nos dirigeants de bien vouloir respecter les dispositions légales et conventionnelles en procédant au rappel salaire des personnes lésées par « cet oubli ».

Négociation de l’intéressement ou un pas en avant, deux pas en arrière.

Les réunions de négociation se suivent mais ne se ressemblent pas.
La première réunion était plus proche d’une concertation pour prendre connaissance des avis de chaque organisation syndicale afin de noter les points d’accord et les points de divergence.

Dans les points de divergence, se trouvait le mode de répartition de l’intéressement (égalitaire pour une partie des organisations syndicales ou proportionnelle au salaire pour les autres).

Pour la CFTC, le terrain d’attente reste un mixe des deux, disposition déjà retenue pour les précédents accords ainsi que pour la participation.

La partie égalitaire permet de donner un coup de pouce aux plus basses rémunérations, l’autre partie proportionnelle au salaire, récompense l’implication de l’encadrement dans l’atteinte des objectifs.
Ce compromis semblait avoir été accepté par nos dirigeants.

Un point très important était la conclusion de cet accord avant le 30  juin 2013 pour une application rétroactive au 1er janvier 2013 et sur ce sujet, l’ensemble des acteurs était en accord.

La désagréable surprise, c’est de découvrir que de nombreuses modifications de fond sur le projet d’accord ont été décidées unilatéralement par nos dirigeants :

– La répartition est finalement  égalitaire, ce qui ne tient pas compte du compromis retenu lors de la première concertation.

– La date d’application de cet accord est passée du 1er janvier 2013 au 1er juillet 2013.

Ceci prive l’ensemble des salariés de 6 mois d’intéressement.

Nous trouvons parfaitement regrettable ce changement d’attitude de notre direction qui remet en cause la crédibilité de ses engagements autour d’une table de négociation.

Participation FT en chute libre

Le montant de la participation vient de nous être transmis par nos collègues de FT.

C’est malheureusement la chute libre pour 2012 (sur l’exercice 2011) , environ – 29%  par rapport au versement de l’année dernière.

Rappel du versement 2011 (sur les résultats 2010) :

Les salariés (ayant au moins 3 mois d’ancienneté en 2011) vont recevoir durant la 1ère quinzaine de mars,  un courrier d’arbitrage pour le versement de ces sommes

Il proposera :

–          Placement dans les Plan d’Epargne Groupe  (bloqué 5 ans).

–          Placement dans le PERCO (bloqué jusqu’à la retraite).

–          Versement direct sur le bulletin de salaire (imposable).

Sans réponse du salarié dans les délais, les sommes seront placées à 50 % dans le PERCO  et à 50 % dans le FCPE Actions France Telecom.

Comme le permet l’article L 442 -5 du code du travail, les sommes inférieures à 80 euros seront versées directement sur la fiche de paie (avril 2012).

 

Négociation de salaire dans notre branche professionnelle.

Après deux années « de vide conventionnel » sur les salaires minima, les chambres patronales de notre branche professionnelle ont fait aujourd’hui une dernière proposition d’amélioration de la grille des salaires (applicable au 1er avril 2012):

Même si elle est reste encore éloignée de nos attentes, aussi bien sur le montant (principalement sur la classification cadre dont le 1er niveau devrait être au niveau du plafond de la sécurité sociale) que sur le mode de calcul (salaire mini et non salaire de base), elle a le mérite de donner un coup de pouce à tous les salaires ainsi qu’aux primes d’ancienneté.

La CFTC a annoncé qu’elle serait signataire de cette nouvelle grille de salaire.

Nous trouvons affligeant que les seules augmentations qui impactent  l’ensemble des salariés d’une entreprise de la taille de la générale de téléphone viennent de la convention collective.

Il est regrettable de constater que cette pratique a été la politique de l’entreprise pendant de nombreuses années même à l’époque où nous dépendions encore de la convention collective de la photographie.

Les grosses et moyennes entreprises ont souvent leur propre politique salariale en rapport avec leurs moyens financiers, elle est souvent  bien supérieure  aux accords salariaux de la branche professionnelle.

Ces accords sont  un minimum qui s’adresse aux petites entreprises démunies de négociation collective.

Nous espérons  que l’arrivée de Pierre Jacobs sera le début d’un réel dialogue social à la Générale de Téléphone avec de nombreuses avancées significatives pour tous.