La nouvelle grille de salaires minima

La CFTC de la GDT est également autour de la table des négociations de branche de la convention collective des Commerces et services de l’audiovisuel, de l’électronique et de l’équipement ménager.

Cela nous permet d’avoir la primeur des évolutions de cette convention (en espérant en changer un jour…) et de vous la faire partager.

Nous avons mis en ligne sur notre forum la semaine dernière la nouvelle grille de salaire :

 

Réouverture des négociation sur l’accord d’établissement générale de téléphone.

La CFTC a communiqué à nouveau ses remarques et demandes d’améliorations sur le projet d’accord d’établissement :

 

1) Choix de la convention collective.

Pour la CFTC, la convention collective qui correspond le mieux à notre activité reste  celle des télécommunications, elle est également plus favorable pour les salariés que celle choisie par nos dirigeants.

 

2) Salaire minimum.

La CFTC est hostile à l’intégration des primes (incentive par exemple) pour le calcul du  salaire minimum.

L’ensembles des primes doivent être impérativement dissociées.

 

3) Les Remplacements.

La CFTC souhaite moins de flexibilité pour les remplacements comme l’absence de délais de prévenance pour ceux dont la durée serait inférieure à une semaine.

 

4) Prime annuelle (13eme mois).

La CFTC a rappelé que la mise en place progressive du 13eme mois est une demande historique qui date de 10 bonnes années maintenant, lors des négociations annuelles de salaire chez Photo Station.

Les dernières années, la direction  était en accord sur le principe mais cette disposition n’a jamais vu le jour.

Ce n’est qu’aujourd’hui qu’elle est reprise dans une proposition d’accord, mais avec une mise en place étalée sur 3 années.

Cela fait trop longtemps que les salariés Photo Station vivent cette injustice, à défaut d’avoir une mise en place immédiate,  la CFTC demande que cette mise en place ce fasse en deux étapes et non en trois.

 

5) Les journée RTT

L’octroie de Journées RTT est plus une disposition qui s’adresse à l’encadrement, population qui dispose d’une autonomie dans l’organisation de son temps de travail, à la CFTC nous préférons la planification de semaines de 4 et 5 jours

C’est avant tout l’assurance pour les salariés de réellement bénéficier de leurs journées supplémentaires de repos.

Dans l’accord, ces 15 jours RTT ne sont pas reportables donc sans commentaire !

 

6) Le décompte des congés payés.

La CFTC s’est étonnée que l’entreprise n’ait pas repris le principe du calcul des congés payés en jour ouvrés.

La direction avait argumenté à l’époque que les accords de modulations du temps de travail étant différents pour Photo Service et Photo Station, l’outil informatique (moderne normalement…) ne pouvait pas gérer le décompte des jours de congés en jours ouvrés (1 jour de congé correspond à un jour de travail).

Aussi, après de « savants calculs », les jours de congés des salariés Photo Service avaient été convertis en jours ouvrables.

Aujourd’hui, suite à la disparition des accords spécifiques sur le temps de travail, les salariés travaillent de manière identique.

Pus rien ne s’oppose donc  à ce que l’entreprise revienne au calcul en jours ouvrés, méthode plus simple pour tout le monde, aussi bien pour les salariés que pour le service du personnel.

Nos dirigeants ont reconnu le bien fondé de notre remarque, voir maintenant si ça sera suivi des faits.

 

7) Les salariés à temps partiel.

Le chapitre sur la flexibilité des temps partiel nous pose un réel problème car contraire à l’esprit de ce contrat (temps choisi).

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la hiérarchie des normes a été inversée suite aux récentes dispositions légales et un accord d’entreprise peut-être moins favorable que la loi !

C’est le cas de plusieurs dispositions sur le temps partiel et là ça nous pose un réel problème.

 

La CFTC  a demandé également  à la direction d’offrir la possibilité aux 150 salariés qui n’ont signé aucun avenant de bénéficier de la semaine sur 4 jours, disposition qu’ils ont largement payée par un gel de leur salaire sur plusieurs années.

Nous avons fait remarquer que les mesures les plus inacceptables concernant les temps partiel touchent cette population.

 

8) Rétroactivité de l’accord.

Pour finir nous demandons la rétroactivité de l’application de cet accord (avec les améliorations souhaitées) comme la prime de maternité, les salariés ne sont pas responsables de la mauvaise volonté de nos dirigeants.

Il est « techniquement possible de le faire, car la modulation prévue dans l’accord ne démarre qu’au mois de juin.

 

Au final, la direction doit nous faire  rapidement un retour des améliorations qu’elle compte  intégrer.

Nous vous tiendrons informés.

 

Rapport définitif du cabinet Technologia sur l’expertise du déploiement enseigne Orange.

 

Il traite :

– Des conditions et du bilan du passage à l’enseigne unique des 6 magasins test.

Des difficultés liées à l’introduction de l’enseigne et au processus de transformation du métier de l’entreprise.

  • La relation avec le client

  • Un sentiment de travail abaissé: le passage de « premier plan au second couteau ».

  • Les inquiétudes liées à la mobilité et aux mutations

  • Les impacts des choix organisationnels:

    • Équipes polyvalentes

    • Équipes séparées

  • Entre individualisme et esprit d’équipe

  • La question du management: la tâche devenue complexe des RM et ARM

  • Le changement de la convention collective

  • L’impact sur les services centraux

1-Le service Qualitech
2-Le service Logistique
3-Le service Formation

  • Quel avenir pour la photo?

– Les impacts sur les conditions de travail.

  • Impacts sur les conditions physiques de travail.

  • Impacts sur l’aspect psychologique des conditions de travail

  • Impacts sur les horaires de travail

  • Le passage aux 35 heures sur 5 jours

  • La gestion des heures supplémentaires

  • Les problèmes liés au planning

  • Impacts sur les rémunérations et les primes

  • Les difficultés liées à la vente des produits Orange

  • Les incertitudes sur l’avenir

– Les recommandations :

  • Considérations Générales

  • Recommandations par thème

Les recommandations transmises en fin du rapport sont particulièrement pertinentes, il faut souhaiter qu’elles soient entendues, comprises et appliquées…

 

Le CHSCT a rendu son avis sur le passage à l’enseigne Orange :

  • Trois voix pour dont la CFTC

  • Deux voix contre

  • Deux abstentions

 

Projet direction pour une nouvelle grille de salaire et de classification au 1 janvier 2010

Nos dirigeants ont consulté le CE pour mettre en place au 1 janvier 2010 la convention collective des Commerces et services de l’audiovisuel, de l’électronique et de l’équipement ménager.

Le CE a refusé de donner un avis et lance une action en justice pour demander la mise en place de la convention collective des télécommunications. Notre direction a décidé de passer une fois de plus en force pour imposer la moins favorable des deux.

Voici quelques exemples de leur projet :

Voir la grille
La convention collective des Commerces et services de l’audiovisuel, de l’électronique et de l’équipement ménager permet aux employeurs d’intégrer une partie des primes pour le calcul des salaires minima (dont l’incentive).
Ne nous faisons pas d’illusion, les quelques salaires minima de ce projet supérieurs à ceux de la CCN photo comprendront le salaire actuel et une partie de l’incentive…

Salaires siège : voir la grille

Et là il va falloir savoir et faire plein de chose, le tout payé au lance pierre :

voir la projet classification

Un petit retour de la réunion du 18 novembre :

Nos Dirigeants nous ont réunis le 18 novembre dans le cadre de la réouverture des négociations.

La CFTC ainsi que 3 autres organisations syndicales ont rappelé qu’elles souhaitaient une négociation séparée, de l’accord d’établissement et de celui concernant l’organisation du temps de travail.

La Direction a mis en avant les points de sa proposition  qu’elle estime être positifs :

Une augmentation importante de salaire +5,58% (dû à l’augmentation du temps de travail), l’indemnisation de la maladie avec un jour de carence (cette disposition existait déjà dans l’accord Photo Service), la dotation au CE de 1% de la masse salariale et la mise en place d’une prime de fin d’année (et non un 13eme mois)…

En reprenant l’accord point par point, la CFTC a énoncé tous les points de désaccord.

Pour la CFTC, la convention collective qui correspond à notre activité c’est celle des Télécommunications et non celle du commerce et services de l’audiovisuel, de l’électronique et de l’équipement ménager.

La CFTC a rappelé qu’il n’y a aucune obligation de faire figurer dans un accord d’entreprise une référence à une quelconque convention collective, l’esprit d’un accord d’établissement, c’est d’être plus favorable.

La CFTC a démontré que la direction prend ce qui l’arrange dans cette convention et revient dans l’accord d’établissement sur les rares bonnes dispositions de cette convention collective.

Pour la CFTC, un accord, est avant tout un équilibre, hors dans le projet de la direction,  les principales concessions sont demandées aux salariés. Exemple, la réduction du nombre de semaines à 4 jours,  de 39 semaines à 5 semaines seulement (disposition chèrement payée par 9 années de gel des salaires).

Mais comme ce n’était pas suffisant, la direction propose d’inclure tout ou partie de l’incentive  dans les salaires minima, de pouvoir faire varier la pause repas de 45 minutes à 2 heures, de mettre en place une annualisation des contrats à temps partiel pour les salariés qui souhaiteraient rester à 33H15 etc.…

Le réel intérêt de rester à 33H15, c’est de répartir sur 4 jours son temps de travail hebdomadaire (économie de garde d’enfant, carburant…) et ce tout le long de l’année.

A la CFTC nous souhaitons préserver un maximum les semaines à 4 jours, en faire profiter tous les salariés, mettre en place un réel 13eme mois pour tous avec un mode de calcul identique quel que soit le statut du salarié et ce dès cette année.

 

D’autres iniquités sont également à supprimer comme la différence de participation de l’employeur aux frais de restauration: elle est de 4,32 € pour les salariés des sièges  et de 3,90 € pour les salariés qui travaillent en magasin (soit un ticket restaurant à 7,20 euros).

 

C’est avec cynisme que la Direction a reçu l’ensemble des remarques des Organisations syndicales.

La direction a souligné à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas besoin d’un accord d’entreprise et qu’elle pouvait tout à fait s’en passer (en contradiction avec les propos qu’elle tiendra le lendemain…).

Elle a rajouté des menaces sur l’avenir du dialogue social si aux prochaines réunions (CE et CHSCT) les élus n’étaient pas dociles et conciliants.

Le lendemain, le CE devait être consulté  sur la décision de la direction d’appliquer au 1 janvier 2010 une autre convention collective , celle du commerce et services de l’audiovisuel, de l’électronique et de l’équipement ménager en remplacement de celle de la photographie.

Le surlendemain , c’était au tour du CHSCT  cette fois sur le passage des magasins en enseigne Orange.

La CFTC et les autres organisations syndicales ont exprimé ce qu’elles pensaient de ce genre de chantage et ont invité nos dirigeants à revoir leur copie et leur attitude.

 

Pour l’anecdote, le lendemain nous avons fait remarquer à notre direction que la convention collective du commerce et services de l’audiovisuel, de l’électronique et de l’équipement ménager n’avait pas d’accord sur le temps de travail.

La direction ne pourra donc pas mettre en place la « flexibilité » sur l’organisation du travail tel qu’elle le souhaite et là , elle nous a répondu spontanément:« nous aurons un accord d’établissement… »

Le nouveau projet de notre direction

Nous venons de recevoir aujourd’hui le nouveau projet de nos dirigeants, nous notons quelques améliorations (il ne pouvait pas être pire que le projet initial).

Nous avons établi déjà une première synthèse des points principaux de la négociation avec des appréciations (qui n’engagent que nous)  +, +/- et – sur ces nouvelles propositions:

Voir l’intégralité du projet.

Proposition d’accord d’harmonisation sur l’aménagement du temps de travail à la GDT

Nous ne nous faisons pas d’illusion sur l’harmonisation du temps de travail, ce ne sont pas les salariés ex Photo Station qui vont passer à 33H15 hebdomadaire mais plutôt les ex Photo Service à 35.
La direction refuse le 33H15 (ou 35H00) sur 4 jours, mais ça n’a rien d’étonnant car l’objectif est d’arnaquer les salariés au nom du fameux « contrat moral »…
Faire finir un salarié au moment où arrive le flux client, c’est tout simplement l’inciter à rester et à travailler gratuitement par solidarité pour ses collègues (quand ça ne sera pas sous la pression de son supérieur hiérarchique).
La fortune des fondateurs de Photo Service s’est faite en partie sur les milliers d’heures supplémentaires qui n’ont jamais été payées.
Ca s’appelle du travail dissimulé !
 
Voici le fruit de nos réflexions, l’accord Photo Service à la sauce 35H, toutes les remarques sont les bienvenues :

Voir la proposition d’accord

Merci à celles et ceux qui se sont mobilisés le 23 septembre

Ce jour là, la direction a reçu une délégation de salariés (syndiqués ou non).

Après plusieurs échanges avec cette délégation, nos dirigeants ont annoncé que symboliquement elle déchirait l’accord proposé aux syndicats.

Cet accord que nos dirigeants ont refusé de faire évoluer au fil des échanges avec les organisations syndicales

Contrairement au discours tenu par certains responsables de région, des propositions concrètes ont été faites durant la période de négociation (le projet CFTC est en ligne depuis plusieurs mois sur notre Forum).

Pour eux, la négociation signifie acceptation sans discuter de leur projet, nous ne partageons pas cette vision de la négociation.

Pour négocier, il faut être deux.

Le 23 septembre, les organisations syndicales ont renouvelé leur volonté de trouver un compromis pour sortir de cette situation de blocage et de renouer le dialogue.

La direction a accepté de reprendre les négociations et attend de l’ensemble des syndicats une proposition médiane sur l’accord sur le temps de travail ainsi que sur l’accord d’établissement.

Demain, l’ensemble des organisations syndicales se réunissent pour établir un projet commun.

Entre temps, une note de la direction est arrivée sur les magasins, la direction persiste sur la voie du délit d’entrave.

Notre direction a saisi à différente reprise le Comité d’Entreprise pour lui présenter les mesures unilatérales qu’elle compte mettre en place au 4 octobre

Ces nouvelles mesures ont une incidence directe sur l’organisation et les conditions de travail de tous les salariés, c’est donc du domaine du CHSCT (Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail)..

Les membres du Comité d’Entreprise ont refusé unanimement de donner un avis sur cette mesure sans la consultation et l’avis du CHSCT 

La direction a décidé une fois de plus de passer en force, les deux instances (CE et CHSCT) ont été contraintes de déposer un recours en justice (le jugement devrait être rendu dans les semaines qui arrivent).

En attendant ce jugement, c’est malheureusement les dispositions suivantes qui s’appliquent :

Cette proposition d’accord a été envoyée aux autres organisations syndicales pour alimenter une réflexion commune.

Projet d’installation d’une solution photo dans l’agence France Télécom de …….

 

France Télécom lance un test pour mettre en place une solution photo dans un de ses plus importants magasins parisien.

Le test est prévu sur une durée de trois mois du 16/11/2009 au 15/2/2010, le matériel sera installé par les techniciens de qualitech.

Par contre, au lieu de proposer des postes de production photo aux salariés de la générale de Téléphone qui souhaitent continuer à exercer leur métier de photographe, ce sont des salariés France télécom qui seront formés !

C’est une fois de plus « une décision politique » aberrante de nos dirigeants et de leur partenaire France Télécom.

C’est l’occasion de sauvegarder l’emploi des nombreux photographes qui travaillent encore chez nous et qui refusent d’abandonner leur métier.

Voir la suite sur le forum (réservé aux salariés de la Générale de Téléphone enregistrés)

 

Communiqué de presse CFTC, de la société GENERALE DE TELEPHONE

Grève nationale le 23 septembre chez  Photo Service/Photo Station

 

Malmenés par la Direction et l’actionnaire quasi majoritaire Orange France Télécom, les salariés de Photo Service et de Photo Station se mobilisent le 23 septembre à travers plusieurs rassemblements nationaux en province (Lille, Lyon, Aix en Provence, Bordeaux et Toulouse) et sur le siège administratif à La Plaine St Denis (10h00).

 

France Télécom est actionnaire à 48,5% de l’entreprise luxembourgeoise « La Compagnie Européenne de Téléphonie ».

Cette même entreprise est propriétaire des enseignes Photo Station/Photo Service qui comportaient 500 magasins, il y a encore deux ans.

 

Le 1 juillet 2008, ce réseau de magasins a été regroupé par fusion-absorption au sein d’une seule société, dénommée la Générale de Téléphone.

 

Depuis cette prise de participation financière, 200 magasins ont été fermés ou cédés (parfois à France Télécom sans reprise du personnel) et 1500 emplois ont disparu.

450 licenciements ont été effectués avec qu’une centaine pour motif économique….

Les autres départs sont qualifiés par nos dirigeants comme des départs « naturels » qui sont en réalité la conséquence des pressions psychologiques exercées en permanence sur l’ensemble du personnel.

 

France Telecom-ORANGE est co-responsable de cette situation, orchestrant un nettoyage de l’entreprise par des licenciements au rabais.

 

La fusion a entraîné la disparition des accords d’entreprise en vigueur au sein de Photo Service et Photo Station.

Les statuts des salariés Photo service et Photo Station sont différents, en autre sur la rémunération et le temps de travail.

Après un simulacre de négociation, la direction de la GDT ne propose aucune harmonisation et des nouveaux statuts vers le bas.

 

Cette attitude est indigne des salariés qui ont fait, depuis 2000, de nombreux sacrifices, avec un gel des salaires, deux plans sociaux et un effort particulier d’adaptation face au brutal changement d’activité (passage de l’activité photo, à la vente en téléphonie).

 

Le 1er septembre 2009, une quinzaine de représentants des 7 organisations syndicales présentes dans l’entreprise a investi la salle du Conseil d’Administration avant le début de la réunion.

Les représentants des salariés ont fait lecture d’une déclaration afin de prévenir les actionnaires d’un durcissement de ton face à ce dialogue de sourd et cette gestion déplorable du personnel.

 

Le 23 septembre, tous les salariés de l’entreprise sont appelés à se mobiliser afin de faire entendre leurs revendications

Nous refusons de devenir des sous-traitants exploités à bas prix de France Telecom Orange et d’être mis en concurrence avec les salariés de cette entreprise.

 

Nous exigeons une réelle négociation ainsi qu’une harmonisation des dispositions les plus favorables des anciens Accords.

Nous réclamons la sauvegarde des emplois et des conditions de travail décentes.