Déclaration préalable CFTC au CSE du 24 et 25 février 2021

Déclaration préalable CFTC au CSE du 24 et 25 février 2021

La CFTC vous alerte une fois de plus sur les nouvelles conditions de travail déployées et le manque d’équité entre nos salariés.

L’expertise économique 2019/2020 met en exergue une évolution du modèle de la rémunération qui tend à donner une part de plus en plus importante au variable et cela, évidemment, au détriment du salaire fixe. Une constatation qui vient donc appuyer notre demande initiale de maintenir la rémunération globale de nos collègues.

Aujourd’hui, tous les salariés des boutiques sont fortement impactés. Aussi bien ceux qui subissent les fermetures administratives car ils culpabilisent de venir subtiliser les incentives de leurs collègues des magasins restés ouverts, que ceux qui les accueillent avec plaisir, mais voient leur part de gâteau diminué car il n’y a pas eu le report de flux attendu.

Plus alarmante encore, la situation des alternants qui ont les plus faibles revenus, et celle de certains CDD dont le contrat n’est pas reconduit car leur magasin est concerné par une fermeture administrative.

Vous décidez de déployer une nouvelle activité par la mise en place de centres d’appels dans nos boutiques fermées, avec la contrepartie d’une rémunération plancher de 84% et une petite prime de mission de 250€ brut (pour un temps plein). Le tout avec une simple information et sans équipement adapté.

Nous craignons de ne pas pouvoir satisfaire pleinement nos clients, l’accès à leurs données et leurs informations étant limité et que, cela génère l’apparition de nouvelles incivilités.

Nous sommes également dubitatifs sur les risques sanitaires encourus par les salariés que vous faites venir en équipe complète pour de la formation et du centre appel. Pourquoi ne pas permettre à ceux qui sont correctement équipés de faire les formations depuis chez eux ?

Les risques psycho-sociaux et les impacts sur la santé de l’utilisation prolongée des casques, oreillettes et stations assises ont-ils été évalués ?

Qu’en est-il de l’ergonomie des positions de travail et du matériel mis à disposition ?

Quid des CDD, alternants et CDI qui n’ont pas de mobile Tous en 4G ? 

Orange via sa filiale « low-cost » va tester le rappel client tombé en échec.

Vous nous avez annoncé que cette activité n’était pas rémunérée par Orange, cela explique peut-être le fait de n’être payé qu’à hauteur de 84% pour 100% de temps de présence.

Pourquoi ne sommes-nous pas rétribués par Orange pour cette activité, qui permettrait de garantir les salaires en intégralité et de diminuer nos pertes ?

Est-ce notre appartenance au groupe qui justifie notre non-rémunération ? Vous ne pouvez pas nous inclure dans le « groupe » que dans les situations les moins disantes.

Nous sommes donc, à la CFTC, dans l’incompréhension la plus totale : à l’heure où Orange communique un accroissement de son chiffre d’affaire, nous, à la GDT on affaiblit nos salariés, car la contrepartie de votre prise de position équivaut, au final, à une réduction pure et simple de notre taux horaire.

Fin de déclaration.

 

section syndicale CFTC

Laisser un commentaire