Négociation de l’intéressement ou un pas en avant, deux pas en arrière.

Les réunions de négociation se suivent mais ne se ressemblent pas.
La première réunion était plus proche d’une concertation pour prendre connaissance des avis de chaque organisation syndicale afin de noter les points d’accord et les points de divergence.

Dans les points de divergence, se trouvait le mode de répartition de l’intéressement (égalitaire pour une partie des organisations syndicales ou proportionnelle au salaire pour les autres).

Pour la CFTC, le terrain d’attente reste un mixe des deux, disposition déjà retenue pour les précédents accords ainsi que pour la participation.

La partie égalitaire permet de donner un coup de pouce aux plus basses rémunérations, l’autre partie proportionnelle au salaire, récompense l’implication de l’encadrement dans l’atteinte des objectifs.
Ce compromis semblait avoir été accepté par nos dirigeants.

Un point très important était la conclusion de cet accord avant le 30  juin 2013 pour une application rétroactive au 1er janvier 2013 et sur ce sujet, l’ensemble des acteurs était en accord.

La désagréable surprise, c’est de découvrir que de nombreuses modifications de fond sur le projet d’accord ont été décidées unilatéralement par nos dirigeants :

– La répartition est finalement  égalitaire, ce qui ne tient pas compte du compromis retenu lors de la première concertation.

– La date d’application de cet accord est passée du 1er janvier 2013 au 1er juillet 2013.

Ceci prive l’ensemble des salariés de 6 mois d’intéressement.

Nous trouvons parfaitement regrettable ce changement d’attitude de notre direction qui remet en cause la crédibilité de ses engagements autour d’une table de négociation.