Après l’entrée dans le capital d’FT, les soldes…

Le 16 juin 2011, lors de la consultation du comité d’entreprise et la présentation de l’expertise du cabinet SEXTANT, aucune information n’a été donnée sur l’avenir des points de vente photo pas plus que sur l’avenir de notre réseau photoservice.com.

 

C’est hors consultation du CE que nous avons été informés de la décision de mettre en vente tous les points de vente photoservice.com « à prix bradés » pour accélérer « l’épuration » des points de vente Photo.

 

Tous les salariés des magasins photoservice.com ont donné le meilleur d’eux même car ils ont cru en ce concept.

 

Ils ont travaillé dans des conditions particulièrement difficiles : larges amplitudes horaires, effectifs réduits, absence de prime …

Ils ont tous fait de nombreux sacrifices pour faire vivre ce nouveau concept.

 

Seuls Stéfane et Berny ont été honnêtes avec leurs équipes, en leur annonçant la triste nouvelle de la fin de ce concept.

Nos dirigeants préféraient eux cacher la vérité aux salariés en se contentant d’annoncer la fermeture des points de vente au fur et à mesure de la conclusion de leur vente.

 

C’est la différence entre de véritables managers et ceux qui nous dirigent…

 

A la réunion de CE du 29 septembre 2011, notre nouveau DG semblait découvrir « cette fameuse braderie », il déclarait ne connaître « que la braderie de Lille ».

 

Maintenant, s’il est réellement de bonne foi et lucide, il devrait découvrir rapidement  tout ce qui est bradé dans notre entreprise  en commençant par le statut des salariés GDT par rapport à celui des salariés  France télécom.

 

L’écart est encore plus creusé pour les salariés ex Photo Station et GDT (Hors origine Photo Service).

Cette responsabilité étant partagée par  les représentants GDT de 6 organisations syndicales qui n’ont pas jugé utile en juillet 2010, d’harmoniser le statut des salariés en question .

 

Le terme de « sous-salarié » a également dérangé notre nouveau DG alors que c’est le quotidien de nombreux d’entre nous :

–   Les salariés GDT qui font le même travail que leur collègue FT mais payés au lance pierre.

–   Les salariés dans le même lieu de travail mais avec deux vitesses de rémunérations.

–   Les salariés du centre d’appuis de la Plaine Saint Denis a qui ont vu progressivement leurs responsabilités disparaitre (ce qui a été le motif du

départ d’un bon nombre d’entre eux…).

–  Et la liste est loin d’être exhaustive…

 

Nous verrons bien ce que notre nouveau DG fera à la lumière de tout ça, pour le moment il laisse plein pouvoir à nos anciens dirigeants…

 

C’est donc la fermeture de 5 magasins qui nous a été présentée hier à la réunion du Comité d’Entreprise avec pour justificatif « la suppression des foyers de perte ».

 

 

– ISLE ADAM Centre commercial Grand Val Continent

95290 L’Isle Adam

 

– NANCY SAINT SEBASTIEN

Centre commercial Saint Sébastien

54000 Nancy

 

– PARIS PYRENEES

220 rue des Pyrénées

75020 Paris

 

– PARIS LECLERC

10, avenue du Général Leclerc

75014 Paris

 

– PARIS LECOURBE

37, rue Lecourbe

75015 Paris

 

Ce qui est dommage pour notre Direction, c’est que les documents remis contredisent l’objectif des cessions !

Comme exemple, nous pouvons citer le magasin de Paris Pyrénées, qui après une très bonne progression, finit en 2011 pratiquement à l’équilibre mais est également condamné à une fermeture.

Le discours de la rentabilité reste une pure hypocrisie pour cacher une décision politique.

 

La deuxième rumeur est encore plus inquiétante, c’est le sort qui attend les magasins de téléphonie qui font aujourd’hui mois de 100 lignes/mois

Connaissant l’absence de transparence de nos Dirigeants sur l’avenir des points de vente de l’entreprise, nous craignons de vivre un 3eme PSE.